LITURGIE / PRIER

Prière et réflexion pour le Jeudi Saint

Prière pour le Jeudi Saint 

Tu as donné Ta vie,comme du pain posé sur la table,
Mis en morceaux et distribué
Pour que chacun, tendant la main et le cœur,
Puisse en recevoir et s’en nourrir.
 
Tu as donné Ta vie, comme du vin versé dans la coupe
Et offert pour que chacun, tendant les lèvres et le cœur,
puisse en prendre et s’en réjouir.


Tu as tout livré, Seigneur Jésus, et dans Ta vie donnée
comme du pain, comme du vin,
Le monde entier peut goûter l’amour de Dieu
Multiplié sans compter pour tous les enfants de la terre!

 

Nous voici Seigneur, tendant vers Toi
Nos mains et nos cœurs !


Anne GRAVIER

 

Jeudi Saint.

La messe de la Cène du Seigneur, à mon avis, ne peut ressembler à nos eucharisties du dimanche. L’ambiance n’est pas la même. Il y a la grande intimité du Seigneur avec ses disciples, la volonté de « demeurer en eux et eux en lui ». Et puis, il y a surtout le fait que Dieu se donne à nous pour qu’à notre tour, nous ayons envie de nous donner aux autres. Grâce à l’apôtre Jean, nous savons ce qui s’est passé au cours du dernier repas. Jésus verse de l’eau dans un bassin et se met à laver les pieds de ses disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture : «  je vous donne l’exemple pour que vous agissiez comme j’ai agi pour vous.  »
 Jésus célèbre la Pâque avec ses disciples, le « mémorial de la délivrance d’Egypte ». Il sait que son heure est arrivée et il va leur laisser un dernier message, un dernier conseil : «Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». L’évangéliste Jean place ce geste du lavement des pieds dans une perspective particulière. Il ne rapporte pas le récit de l’institution de l’Eucharistie, mais le geste du lavement des pieds, geste de serviteur, geste qui symbolise l’abaissement et l’exaltation du Serviteur de Dieu qu’est Jésus, geste à refaire en mémoire de  Lui. Car pour avoir part avec le Seigneur qui s’est abaissé et qui a donné sa vie librement pour ses frères, il faut à sa suite prendre le chemin du don  de soi-même et du service. « C’est un exemple que je vous ai donné, afin que vous fassiez vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » Entre le repas pascal et le repas eucharistique, il y a ce don total de Dieu en son Fils. Un don célébré et actualisé chaque fois que des baptisés font eucharistie et essaient d’aimer comme Lui. Faire comme Lui, c’est nous mettre au service des autres, c’est annoncer à tous : « Dieu nous aime, aimons les uns les autres ».
A la fin de la célébration de la Cène du Seigneur, il nous est demandé de « veiller » …Comme Jésus lui-même, l’a demandé à ses disciples. Retrouvons le sens de la « veille ». Au « reposoir », On découvre peut-être que l’on ne sait guère prier. On a l’impression de tourner en rond, on voudrait se raccrocher à des  « prières ». Expérimentons le silence. Un psaume dit « pour toi le silence est louange ». Donnons au silence son poids, sa densité. Apprenons le silence qui permet d’écouter Celui qui est Parole  de Dieu. Que notre silence devienne prière.  Et laissons vivre en tout notre être les sentiments qui sont en Christ Jésus… «  Vous n’avez donc pas pu passer une heure avec moi » ?
 
Père Jean HAMOT.



Questions liturgiques