Billet du dimanche 4

Dimanche 24 juin : nativité de St Jean-Baptiste

Le Seigneur nous invite à prendre soin des enfants, de nos enfants

 La page d’évangile nous présente le récit de la naissance de Jean-Baptiste… Nous retrouvons la « petite ou grosse discussion » qu’il peut y avoir au sujet du nom qu’on donnera au nouveau-né…             Que c’est dommage qu’aujourd’hui beaucoup trop de parents choisissent des prénoms fabriqués qui sont difficilement prononçables par les autres… Les hommes voulaient appeler le fils d’Elisabeth Zacharie mais Dieu lui avait déjà choisi son nom : Jean, c’est-à-dire « le Seigneur fait grâce ».

 Un autre sujet de discussion est celui de l’avenir du nouveau-né :« Que deviendra cet enfant que je viens de mettre au monde ? Quelle place prendra-t-il dans la société lorsqu’il deviendra adulte ? Réalisera-t-il des choses extraordinaires pour son pays, pour le monde ? ».

« Que sera donc cet enfant ? »se demandaient les gens du voisinage à propos de Jean. Sa naissance inespérée et annoncée au temple à Zacharie, la guérison de celui-ci lorsqu’il a donné son nom à Jean, laissaient entrevoir une destinée hors du commun. L’Evangile ajoute : « En effet, la main du Seigneur était avec lui ».Ce qui semble vouloir dire que, dès son jeune âge, le petit Jean manifestait les indices d’une vocation particulière.

 Au terme de cette année pastorale 2017-2018, nous pouvons rendre grâce à Dieu pour tous les parents qui prennent très au sérieux l’éducation humaine et chrétienne de leurs enfants. Prions pour ceux qui sont dépassés ou ont démissionné afin qu’il se ressaisissent et prennent conscience que la main du Seigneur est avec eux aussi… Nous prions aussi pour les parents qui attendent un enfant et pour les enfants non désirés ; pour que la joie de la vie l’emporte. Comment ne pas penser aux parents qui demandent le baptême de leur enfant ou le mariage chrétien durant ce temps de grandes vacances et au-delà de celcui-ci.
 Que ce chant aide tous les parents à être des parents responsables :

Prendre un enfant par la main
Pour l'emmener vers demain
Pour lui donner la confiance en son pas
Prendre un enfant pour un roi

Prendre un enfant dans ses bras
Et pour la première fois
Sécher ses larmes en étouffant de joie
Prendre un enfant dans ses bras

Prendre un enfant pas le coeur
Pour soulager ses malheurs
Tout doucement sans parler sans pudeur
Prendre un enfant sur son coeur

Prendre un enfant dans ses bras
Mais pour la première fois
Verser des larmes en étouffant sa joie
Prendre un enfant contre soi

Père Gérard FOUCAN


Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...