LITURGIE / PRIER

Blasphème ! Sacrilège!


Blasphème ! Sacrilège
Voilà deux mots que l’on a du mal, aujourd’hui, à prononcer et à accepter. Il n’en reste pas moins vrai qu’ils veulent bien signifier une réalité qui a tendance, bien souvent, à prendre de l’ampleur, et ce, au  nom de la liberté d’expression.

Par blasphème, on entend toutes paroles volontaires, irrévérencieuses, voir insultantes à l’encontre de Dieu, de sa Parole, de son Eglise (pour nous catholiques). Mais le blasphème existe aussi par rapport aux  autres religions, car c’est toujours lourd de conséquence vis-à-vis des personnes  qui veulent vivre leur foi dans le respect de ce qui donne sens à leurs engagements, leurs actes et leur désir de mettre en pratique la Parole venue de Dieu. Blasphémer est toujours un manque de respect et de tolérance vis-à-vis du prochain et de Dieu.

En ce qui concerne le sacrilège, il s’agit d’actes malveillants envers le « sacré ». Cela va jusqu’à la profanation de ce qui est de l’ordre de l’intouchable. Ainsi, un lieu de culte est profané, lorsqu’après une effraction, on s’en prend aux objets du culte, à l’autel, au crucifix, et le plus grave, au saint sacrement, pour nous, catholiques. Cela peut également être dit pour d’autres religions qui condamnent fermement la détérioration de ce qui est sacré pour elles. Nos églises sont trop souvent le théâtre d’actes de vandalisme, s’accompagnant de sacrilèges, de profanation, de destructions de tout ce qui est proposé à la qualité de la célébration du culte divin pour les croyants.
Toute église profanée est fermée au culte, tant qu’il n’y a pas eu acte de réparation par un temps de prière pour permettre à la communauté d’implorer le pardon et la miséricorde de Dieu.
Tout lieu de culte, quelle que soit la religion, est un lieu sacré à respecter. D’où commencer par y entrer dans une tenue correcte et digne de ce lieu.
P. Serge CYRILLE


Questions liturgiques